Magmer>Pêches dans le monde> Amérique du sud>La Guyane
LA GUYANE

BONS COINS

Lagune de mana, Lagune de Kaw, les lacs de Kourou pour les snooks et les tarpons au lancer léger ou à la mouche
Les plages de Kourou, de Mana et de Remire Montjoly pour la pêche en surf casting
Les Iles du salut et les embouchures des grands fleuves (Sinnamary, rivière de Cayenne) pour la pêche en bateau

ANECDOTES
Pêche du baby tarpon en Guyane

Dans les milliers d'hectares d'eau des estuaires de la forêt amazonienne vierges de toute activités halieutiques, le tarpon pullule littéralement.
Les poissons y ont un poids de 3 kg mais les poids moyens ( 10 kg - 20kg) s'y aventurent de temps en temps au gré des marées.
Le Tarpon né et vit en eau saumâtre tropicale jusqu'au poids d'environ 10 kg. On le trouve dans tout les cours d'eau côtiers et les estuaires de Guyane.
Du fait de la faible teneur en oxygène de ces eaux, il "marsouine" pour inspirer l'air à la surface.
Cette particularité en fait un poisson facile à repérer et à pêcher à vue.
En outre, il se nourrit de petits poissons et de crustacés , et mord très bien sur des petites mouches; dans ces eaux, la mouche est supérieure à tout autre type de pêche.
Une centaine de touche dans la journée n'a rien d'exceptionnel.
Le ferrage doit être énergique et il ne faut pas hésiter à le tripler pour bien planter le fer dans les parois osseuses de la bouche du tarpon
Quelque soit sa taille, le tarpon réagit toujours de la même manière lorsqu'il sent la piqûre de l'hameçon: sauts, cabrioles en secouant la tête, rushes puissants...

Pêche à la mouche et à la traîne au large des îles du salut
L’action se déroule à 10 miles des cotes, derrière les chalutiers qui pêchent les crevettes et rejettent à la mer les poissons pris dans leurs filets. Seule les crevettes ont une valeur marchande pour eux.
Cet amorçage de masse attire des milliers de poissons: requins, carrangues, maquereaux royaux, tazars et même dauphins et marsouins profitent de l’aubaine.
Nous montons nos 9’ avec des soies flottantes Nø 10 et 11, au bout desquelles nous fixons de grands streamers montées sur hameçons inox 4/0.
Le bateau dérive au millieux d’une effroyable chasse de requin.
Les 3 cannes sont à l’eau, 3 touches de requins, 3 casses simultanées. Il s’agit de requins Black Tips d’une centaine de kilo, bien trop puissant pour nos lignes de résistance 10 kg et dont la peau extrêmement abrasive peu venir à bout du plus costaud des nylons. J’ai quand même eu la joie de tenir quelques minutes un spécimen de 2 mètres sur ma canne.
Changement de tactique, sur la grosse canne de traîne de 50 lbs du skipper, nous prenons chacun notre tour un requin : 1 requin marteau de 20 kg et 1 black tip de 100 kg.
Vu la densité de requins, on comprend mieux pourquoi l’ancien bagne des Iles de Salut, toute proches, ne comporte pas de murs.

Le jour suivant, dans les même conditions, nous touchons de grosses carangues (7/8 kg), des Kings Mackerels (Thazars), sur de fines cannes à mouche, c’est du grand sport. Il faut une trentaine de minutes pour ramener chaque poisson au bateau, chaque carangue prend une centaine de mètre de ligne qui s’échappe du moulinet à grande vitesse. Il faut récupérer la ligne en pompant puissamment puis le poisson repart pour une soixantaine de mètres et ainsi de suite, jusqu’à épuisement complet des 2 adversaires (poisson et pêcheur ).
Nous avons relâché tout les poissons après les avoir ré oxygéné.


Contactez l'auteur >>>